Ces Vendéens fusillés - UNC-AFN-Boissiere-montaigu

Aller au contenu

Menu principal :

Ces Vendéens fusillés

Les reportages > Centenaire 14-18

Ces Vendéen fusillés pour l'exemple, puis réhabilités

       De septembre 1914 à  novembre 1918 durant la Grande Guerre, entre 2300 et  2400 soldats ont été condamnés à mort dont 600 à 650, selon les sources, « fusillés pour l’exemple ».

       Hormis les exécutions sommaires bien évidemment jamais recensées mais dont on sait qu’elles furent nombreuses pendant la retraite de fin août-début septembre 14  et jusqu’à la stabilisation du front.

       Des généraux l’ont reconnu dans leurs écrits. 430 fusillés pour l’exemple l’ont été entre septembre 14 et décembre 1915 alors que 30 à 40 mutins ont été passés par les armes en 17 sur 3500 condamnations dont  600 à la peine de mort et sur 30 à  40 000 mutins !

       Sur 8 millions de mobilisés entre 14 et 18, 197 000 sentences de conseils de guerre ont été prononcées et des condamnations par contumace ont souvent concerné des captifs de l’ennemi ou des disparus.

       C’est dans ce contexte général qu’il faut replacer le cas des soldats vendéens fusillés pour l’exemple.

       Bien entendu, leur évaluation reste soumise à de nouvelles recherches et la définition même du « fusillé pour l’exemple », l’objet de discussions.

       On dira d’un fusillé pour l’exemple qu’il subit un jugement et une peine appliqués en fonction d’une stratégie disciplinaire, celle de l’exemple pour la troupe, davantage qu’en fonction d’un délit, avéré ou présumé.

         Les motifs :

           Les raisons qui mènent au peloton d’exécution  sont, surtout au début de la guerre, appuyées sur des comportements individuels : mutilations volontaires, désertion, abandon de poste  en présence de l’ennemi, refus d’obéissance  devant l’ennemi et en 1917, pour des comportements collectifs, mutineries, violence envers les gradés.

       C’est ce que l’on trouve sur les registres matricules des soldats et dans les comptes rendus des jugements des conseils de guerre .

       Toutes ces sentences  répondent en principe au Code de la justice militaire.


         Le rituel des exécutions :

     
  Lecture de la condamnation devant le régiment, humiliante dégradation si cette peine a été prononcée, piquet d’exécution composé de douze hommes dont des soldats pris au hasard mais de la même unité que le condamné attaché à un poteau ou à genoux, bandeau sur les yeux, un papier-cible  posé sur le cœur, le bataillon est placé en carré, un officier chargé d’achever le condamné, l’aumônier et le médecin militaire sont conviés, la troupe défile ensuite devant le corps… ce rituel de violence de la discipline militaire s’intègre dans la pédagogie de l’exemple.

      On fusille à l’aube,  à la sortie d’un village, dans les bois, dans les carrières comme Armand Mercier, né à Apremont, fusillé en août 1916 pour désertion dans la Meuse.

      Au-delà de l’exécution publique de la sentence, il faut impressionner la troupe.

      Des témoignages de l’horreur et l’effroi ressentis, de la compassion et de la pitié mêlée, sont évoqués par des soldats vendéens dans Les Poilus vendéens.

      Lettres, photos et carnets de route inédits publiés en 2000 par le Centre vendéen de recherches historiques. Basile Bonneau cite en avril 1916 quatre soldats d’un  régiment qui a refusé de monter au front, tirés au sort et fusillés. Alcide You en mars 1917 assiste à l’exécution d’un soldat fusillé pour désertion.

      Le corps du condamné est ensuite inhumé dans une fosse commune ou comme celui d’Armand Mercier dans la nécropole nationale de Dieue-sur-Meuse, près de Verdun.

      Mais ces tombes ne sont pas comme les autres puisque ces morts ne sont pas comme les autres, souvent on pose une croix sans nom sur la terre.

      Reste à informer les familles du décès mais en aucun cas d’en dire le motif et les conditions.



         Les conséquences :

        
Pour les familles qui souvent ignorent les raisons mêmes de l’exécution, ce qu’elles savent, c’est que le soldat n’est pas « Mort pour la France ».

     Les veuves des fusillés ne touchent donc pas de pension, les orphelins ne sont pas considérés comme pupilles de la Nation.

     Les noms ne seront pas inscrits sur les monuments aux morts.

     Comme l’écrit Nicolas Offenstadt, « lorsque les soldats sont morts, ce sont les familles qui héritent, en quelque sorte, de la condamnation » et de la honte.

      Pire encore lorsque dans de rares cas, le jugement est affiché en mairie !

         Six exemples vendéens :

       Pour la Vendée, nous disposons de sept cas  de soldats condamnés à mort entre octobre 1914 et 1917 dont six fusillés.


        Joseph (Auguste, Charles, Henry) BONNIN, né le 22 décembre 1888 à l’Ile d’Yeu, fils de marin, qui ne sait ni lire ni écrire, soutien de famille incorporé au 137ème RI de Fontenay-le-Comte, soldat de 2ème classe, est fusillé  le 16 octobre 1914 à Lassigny dans l’Oise, à la lisière de la Somme.

       On ne sait pas encore le motif retenu par le conseil de guerre de la 21ème DI.

       A cette époque, au début de la guerre, il y eut beaucoup de cas (ou pseudo-cas) de mutilation volontaire ou de désertion.

       Les pertes au 93ème de La Roche-sur-Yon et au 137ème ont été effroyables en septembre 14 sur la Marne.


       Adolphe (Jean, Marie) LHUILLIER, né le 21 août 1892 à Croix-de-Vie, inscrit au quartier maritime de Saint-Gilles, incorporé au 1er bataillon d’infanterie légère d’Afrique en 1912, chasseur de 2ème classe, est condamné à la peine de mort le 2 février 1915 par le 1er conseil de guerre d’Oujda, au Maroc.

        Jugé coupable de voies de fait et d’outrages envers des supérieurs, il n’obtient pas la grâce présidentielle, il est fusillé le 6 avril 1915.

       Son nom figure pourtant sur le monument aux morts de Saint-Gilles, pas sur la plaque commémorative de l’église.


       Alexandre (Armand, Pierre) MARTINEAU, né le 14 mai 1892 à Mouilleron-le-Captif, employé de commerce, engagé volontaire pour 3 ans le 10 mars 1913 dans le 4ème régiment de chasseurs d’Afrique, est condamné en avril 1915 à deux ans de prison par le conseil de guerre de la 66ème division pour désertion.

       Sa peine suspendue, il est incorporé au 68ème bataillon de chasseurs à pied.

       Malgré des mentions, lettres de félicitations et récompenses diverses, il est condamné et exécuté le 3 août 1915 à 5 heures du matin à Wesserling en Alsace (Haut-Rhin), pour abandon de poste devant l’ennemi.


       Armand (Aimé) MERCIER, né le 19 septembre 1886 à Apremont, de parents journaliers, lui-même domestique de ferme, soldat de 2ème classe arrivé au corps le 5 août 1914, manquant à l’appel en 1915, est porté déserteur le 12 décembre 1915.

       Condamné par le conseil de guerre de la 21ème DI à 4 ans de travaux publics le 13 avril 1916, il passe au 137ème RI.

       Pour absence illégale, il est condamné par ce conseil à 5 ans de travaux publics le 26 mai 1916, le motif précis est devenu la désertion à l’intérieur en temps de guerre mais la peine est suspendue.

       Passé au 93ème RI, il manque à l’appel en juin 1916 et donc porté déserteur.

       Cette récidive est fatale. Le jugement du 1er août est exécutoire, il est fusillé le 20 août 1916 à Dieue dans la Meuse.


       Gustave  (Paul, Joseph) ROY, né le 3 février 1894 aux Magnils-Reigniers, domestique cultivateur, soutien de famille incorporé au 137ème RI, soldat de 2ème classe arrivé au corps le 8 septembre 1914  est condamné par le conseil de guerre de la 21ème DI le 20 mai 1916 à 10 ans  de travaux publics.

       Pour s’être absenté de son corps sans autorisation, la condamnation  pour désertion à l’intérieur en temps de guerre est lourde.

       Arrêté, sa peine est suspendue et Gustave Roy est affecté au 93ème RI fin mai 1916.

       En 1916 le 93ème et le 137ème  sont à Verdun et là encore, les pertes sont énormes.

       Le 4 juillet 1916, le conseil de guerre le condamne à la peine de mort pour abandon de poste en présence de l’ennemi et désertion en présence de l’ennemi mais la peine est commuée en 20 ans de prison le 24 juillet et suspendue en août.

       Il passe au 137ème RI, en section disciplinaire.

       Blessé le 18 avril 1917 à Troyon dans l’Aisne (dans le cadre de l’offensive NIVELLE sur le  Chemin des Dames) par des éclats de grenade avec des plaies multiples, il est à nouveau condamné à 5 ans de travaux le 18 décembre 1917 par le conseil de guerre permanent de la XIème région militaire (de Nantes) pour désertion, le jugement est exécutoire le 29 décembre 1917.

       Gustave ROY est écroué à la maison d’arrêt de Fontenay le 25 avril 1918 puis définitivement à Poutrevault (?) ou Montrevault (?) le 3 octobre 1918.
Il y meurt le 14 décembre.


       Si l’on parcourt les registres matricules, on trouve bien d’autres cas de soldats vendéens  condamnés pour désertion.

       En voici deux exemples :

       Oscar RENAUD, né en 1892 au Bourg-sous-la Roche, au 137ème RI puis au 64ème,  déclaré déserteur en mai 1916, est condamné  par le conseil de guerre de la 21ème DI à 5 ans de travaux publics le 31 octobre 1916. Affecté au 8ème RI colonial, il meurt le 28 mai 1918 à l’hôpital maritime de Toulon.

       Son nom figure sur le monument aux morts du Bourg-sous-la Roche.

       Henri LOCTEAU  né en 1886 à Saint-Paul Mont Penit est condamné par le conseil de guerre de la 14ème DI à 2 ans de prison et dégradation militaire en février 1918 pour désertion en présence de l’ennemi.

       Ecroué, il meurt quelques mois plus tard en juillet 1918 à l’hôpital de Dijon


        
Les réhabilitations :

       Des procédures de demande de révision sont engagées dès 1915 puis après la guerre, par des parlementaires, des familles, la Ligue des Droits de l’Homme, les associations d’Anciens combattants : Union nationale des Combattants (UNC) et Association républicaine des Anciens combattants (ARAC).

       Entre 40 et 50 cas de fusillés pour l’exemple sont réhabilités entre les années vingt et trente.

       Plusieurs lois d’amnistie interviennent entre 1921 et 1925 pour les condamnations à des peines de prison ou à des travaux publics.

       Il y avait à ce moment-là encore 1700 condamnés  de la guerre incarcérés dans les centres pénitenciers et dans les ateliers de travaux publics.

       Mais rien n’est fait dans le cas d’exécutions sommaires ou de civils condamnés à mort par les conseils de guerre.

       Une seule tentative cherche à juger les responsables des erreurs de la justice militaire, mais elle échoue.

      tribunal extraordinaire est créé en 1933, cette Cour spéciale de justice militaire annule 18 cas sur 61 dossiers de condamnations dont 28 à la peine capitale, entre 1933 et 1935.

       Dans nos exemples Vendéens, seul Gustave Roy condamné deux fois pour désertion en 1916 et 1917 et mort en 1918, bénéficie rétroactivement de la loi d’amnistie du 3 janvier 1925.

       Depuis les années 1980-1990, de nouvelles campagnes pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple se sont développées.

       En Nouvelle-Zélande en 2000 et au Canada en 2001, au Royaume-Uni en 2006, des réhabilitations collectives ont abouti sous des formes différentes.

       Pour notre part, libres penseurs de Vendée, nous demandons une réhabilitation totale, complète, collective, des fusillés pour l’exemple et pas sous la forme d’une loi mémorielle ni d’un pardon ou d’une grâce.
Ni l’Etat, l’Exécutif, ni le pouvoir législatif, le Parlement, n’ont à dire l’histoire, mais qu’un geste politique  au nom de la Nation reconnaisse enfin ces soldats morts par la France.






 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu